La vitamine D : génome humain, grippe et santé

Mise à jour de l'article 11/2015 - Revu et augmenté.

 

La carence en vitamine D est un facteur influent dans de nombreuses pathologies, c'est aujourd'hui une évidence. Des scientifiques ont donc voulu évaluer tous les sites de liaison entre la vitamine D et l’ADN humain.

Les résultats publiés dans la revue Genome Research montre que la vitamine D influence plus de 200 gènes chez l'humain.

L’être humain synthétise de la vitamine D (ou calciférol) appelée aussi vitamine du soleil car produite en exposant sa peau au soleil. Elle est indispensable à la vie et joue un rôle important aussi bien sur le plan du rachitisme que dans la structure osseuse. Il est également possible de l'absorber par l’alimentation mais en petites quantités. Elle est donc souvent insuffisantes surtout en période de faible ensoleillement. C'est pourquoi, bon nombre de nos contemporains manquent de vitamine D. Qu’ils soient nourrissons, jeunes ou âgés, la carence en vitamine D peut toucher tout le monde. Ce déficit accroît, entre autre, les risques de pathologies auto-immunes telles que la sclérose en plaque, le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, le diabète  ainsi que certains cancers.

 

Sur l’ensemble du génome humain, les scientifiques ont retrouvé 2 776 sites de fixation de la vitamine D. Un nombre important de ces sites de fixations ont été retrouvés sur les gènes impliqués dans la sclérose en plaque, la maladie de Crohn, le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, ainsi que la leucémie ou le cancer du colon.

 

Il a ensuite été démontré que la vitamine D possède un effet sur 229 gènes. Cette étude démontre l’importance de la vitamine D sur la régulation du génome humain, laissant imaginer les conséquences pathologiques d’une carence prolongée en vitamine D.

 

La Société Canadienne du cancer recommande un supplément de 1 000 UI (25 µg) par jour de vitamine D3 en automne et en hiver. Les adultes qui ont des risques plus élevés de carences en vitamine D devraient en consommer autant durant toute l’année :

 

- les personnes âgées,

- les personnes qui ont une pigmentation cutanée foncée,

- les personnes qui vont peu à l’extérieur,

- les personnes qui portent des vêtements recouvrant la majeure partie de leur corps.

 

Les données habituelles (AJR) en France sont de 5 µg par jour soit 200 UI et ne font toujours pas l'objet d'une réévaluation. En 2013, la Norvège a doublé les apports journaliers recommandés, ils sont devenus ainsi quatre fois plus élevés qu'en France. Cette même année, notre assurance maladie s'en prenait aux prescriptions, déremboursant largement le dosage sanguin. Pourtant, plus de la moitié des Français seraient en dessous du seuil minimum recommandé.

 

Seules six indications ont été retenues pour la prise en charge :

 

- suspicion de rachitisme

- suspicion d’ostéomalacie

- suivi ambulatoire de l’adulte transplanté rénal

- avant et après chirurgie bariatrique,

- évaluation et prise en charge des personnes âgées sujettes aux chutes

- respect des résumés des caractéristiques des produits des médicaments préconisant ce dosage.

 

Très récemment et dans le cadre de l'étude ORISCAV-LUX qui s'est déroulée au Luxembourg entre 2007 / 2008 et portant sur 1432 sujets, l'unité de recherche Epydemiology and Public Health Research Unit a démontré que plus de 80% de la population Luxembourgeoise était en carence de vitamine D. Ainsi et contrairement à la France, depuis 5 ans, les tests de dépistage et les cures vont bon train. Cependant le taux moyen de vitamine D de la population est restée globalement inchangée. Il est donc important de se poser les bonnes questions concernant l'exposition au soleil (intelligente), les AJR, la durée et surtout les formes de cures à mettre en place. Choisissez l'origine naturelle pour votre supplémentation et ce de façon quotidienne ou mieux encore par une exposition solaire quand cela est possible (15 mn en été représentent plus de 10 000 UI).

 

Vitamine D et virus

 

Une étude du University Hospital in Minolea nous indique que la vitamine D protège contre la grippe et peut abaisser significativement le risque grippal. Les chercheurs ont constaté que donner des suppléments en vitamine D à un groupe, réduit les épisodes de 70% sur trois ans.  Les chercheurs ont déclaré que la vitamine D stimule l'immunité naturelle face aux virus et aux bactéries.

 

Malheureusement, après 4 mois, les réserves stockées dans l'organisme durant l'été seront épuisées. Il est donc impératif de se supplémenter en vitamine D pour faire face aux virus de l'hiver principalement pour les personnes plus fragiles. Il faut noter que la capacité à fabriquer de la vitamine D diminue avec l'âge (4 fois moins à 70 ans).

 

Ainsi, la baisse du taux de vitamine D entre octobre et mars pourrait être l'un des facteurs aggravant de la propagation du virus de la grippe.

 

Les éléments importants à rappeler

 

La vitamine D est aujourd'hui considérée comme une hormone,

Selon moi, des doses massives de vitamine D ne sont pas forcément la meilleure solution,

Éviter l'utilisation importante de crèmes solaires et autres cosmétiques,

Pour le bon fonctionnement de la vitamine D il faut détoxifier intelligemment l'organisme,

Pour le bon fonctionnement de la vitamine D il faut équilibrer les apports en nutriments,

Le taux minimum de vitamine D est de 30 ng/L ou 75 nmol/L  mais devrait être supérieur.

 

 

Source :

- A ChIP-seq-defined genome-wide map of vitamin D receptor binding: Associations with disease and evolution Ramagopalan SV, Heger A, Berlanga AJ, Maugeri NJ, Lincoln MR, Burrell A, Handunnetthi L, Handel AE, Disanto G, Orton S, Watson CT, Morahan JM, Giovannoni G, Ponting CP, Ebers GC, Knight JC - Genome Research, 2010

- Epidemiology and Infection Epidemiol Infect. 2007 Oct; 135(7): 1095–1098. Bone Mineral Research Center, Winthrop University Hospital, Mineola, NY 11501, USA

NSH, tous droits réservés.


Pour votre supplémentation, cliquez sur l'image

Vitamine D3
Natvital