Les fermes Bio ont la cote !

naturopathe iridologue

 

2016, une année à marquer d'une pierre blanche. En effet, le nombre de fermes bio créées est en pleine explosion. Les fermes bio ont la cote et c'est tant mieux car, comme je le souligne régulièrement, pas de santé possible sans un environnement sain et une alimentation saine.

 

C'est plus de 1200 nouvelles exploitations qui ont été installées dans les 6 premiers mois de l'année 2016, soit 21 nouvelles fermes bio chaque jour, annonce l'Agence Bio dans un communiqué, qui parle d'une croissance "historique".

 

Ainsi, au 30 juin 2016, le nombre de producteurs français engagés en bio s'élevait à près de 31.880, contre 28.725 fin 2015, soit une hausse de plus de 10%. On notait déjà un taux de conversion en hausse de 8,5% en 2015. D'ici fin 2016, l'Agence Bio estime que les terres consacrées au mode de production bio dépasseront la barre des 1,5 million d’hectares, soit plus de 5,8% de la Surface agricole utile. Il faut continuer sur cette voie.

 

C'est bien sûr l'élevage bovin laitier qui connaît l'essor le plus important avec plus de 560 producteurs engagés vers le bio en 6 mois. La filière laitière Française a été durement touchée par l'effondrement des cours mondiaux et des exploitations se sont retrouvées en difficultés financières. Le lait bio se vend plus cher que le lait standard. Après une période de conversion de deux années pour passer du conventionnel au bio, la filière attend un développement de l'ordre de 30% de la collecte de lait bio d'ici 2 ans.

 

Concernant le vin, 323 nouveaux domaines viticoles se sont engagés en bio sur le premier semestre 2016. (arrêts de certification pour 126 exploitations au niveau national). Un solde positif au premier semestre 2016. Dans le même temps, les ventes de vins bio Français ont augmenté de 10% sur une année en grandes surfaces, mais également à l’international. Les indicateurs montrent une forte croissance de la demande de vins issus de l’agriculture biologique entraînant une croissance des conversions à ce type de culture. Les engagements se font encore principalement en Languedoc (69 viticulteurs) ou la région représente près d'un tiers du vignoble bio. En effet, les climats secs favorisent le développement de la culture biologique. Pour les Côtes du Rhône c'est plus de 75 nouveaux domaines. Par ailleurs, 39 viticulteurs se sont engagés dans le Bordelais de janvier à juin contre 27 en 2015. Au vu des tendances des principaux circuits de distribution, la croissance du marché bio en France devrait être de plus d'un milliard d'euros en 2016, à 6,9 milliards d'euros, selon l'Agence Bio.

 

Nous ne pouvons que nous féliciter de cette prise de conscience car il y va aussi bien de la santé des producteurs que du consommateur.